Accueil / Comment écrire un roman / Méthodes d’écriture / Méthode Vogler / Après Christopher Vogler, voici Syd Field et l’écriture scénaristique / La Masterclass de James Patterson


La Masterclass de James Patterson

Share Button

Vous le savez si vous avez lu mes articles sur la masterclass de Christopher Vogler, je suis féru d’apprentissage. Certains vous diront qu’écrire ne s’apprend pas, soit, mais les américains, beaucoup plus pragmatiques que les Français, pensent le contraire. Alors quand un écrivain de la dimension de James Patterson se lance dans du « teach writing », je n’hésite pas. Et je vais essayer de vous convaincre.

masterclass de james patterson

La Masterclass de James Patterson

Bon à savoir.

Tout d’abord la masterclass est entièrement en Anglais. James, c’est un américain hein ! Donc bon, ce n’est pas que c’est très dur, mais quand même. La bonne nouvelle c’est que c’est sous-titré. En Anglais certes, mais cela rend le tout très compréhensible pour qui a un niveau d’anglais correct.

Les cours se découpent en 22 leçons sous forme de vidéos que vous pourrez consulter à loisir. Donc no stress. Le tout est aussi accompagné d’autant de PDF bien détaillés.

Enfin dernière chose importante. C’est satisfait ou intégralement remboursé sous 30 jours (le délai pour demander le remboursement, pas le temps pour être remboursé !).

 

Petite présentation :

James PattersonJames Patterson est un écrivain américain. Il est le père du héros Alex Cross interprété au cinéma par Morgan Freeman et de bien d’autres.

En 2012, le magazine américain Forbes le classe comme l’écrivain le mieux payé au monde. Je vous passe la somme, c’est indécent ;-)

 

Un CV que vous pourrez compléter à votre guise sur l’Internet. Je m’arrête là, mais vous aurez compris que le monsieur, c’est du sérieux.

Que trouve-t-on dans la Masterclass de James Patterson ?

Nous avons 22 leçons dont voici les intitulés :

  1. Introduction
  2. Passion et habitudes
  3. Les idées brutes
  4. L’intrigue
  5. Les recherches
  6. Le plan partie 1
  7. Le plan partie 2
  8. Les blocages de l’écrivain
  9. Créer des personnages
  10. Les premières lignes
  11. Écrire des dialogues
  12. Construire un chapitre
  13. Suspense
  14. Terminer le livre
  15. Les corrections
  16. Travailler avec un co-auteur
  17. Être édité
  18. Le titre du livre et la couverture
  19. Marketing à la façon Patterson
  20. Hollywood
  21. Histoire personnelle
  22. Fin

Je ne vais pas vous faire un résumé exhaustif car cela serait très long, mais voici plus en détail ce qui sera abordé lors des leçons.

Passée la présentation du professeur de luxe et de ce qu’il compte nous (vous) apporter dans cette masterclass, nous enchaînons avec un chapitre court et qui n’apportera peut-être pas grand-chose aux écrivains aguerris qui pratiquent cet art quotidiennement.

Il n’est pas néanmoins dénué d’intérêt. James Patterson nous parle de la passion d’écrire et des bonnes habitudes à prendre. C’est à la fois un passage motivant.

Le chapitre 3 traite des idées brutes et du besoin de tout noter et de stocker vos idées dans un classeur. Il aborde aussi la nécessité de se renseigner en profondeur sur les sujets potentiels.

L’intrigue, au chapitre 4, est intéressante. La pensée de Patterson pourrait se résumer ainsi :

  • L’histoire c’est la réaction d’un personnage par rapport à une situation.
  • Écrire chaque chapitre comme si c’était le premier.
  • C’est l’histoire qui est importante pas les jolies phrases.
  • Faites monter les enchères (la tension).
  • Créer un conflit. Le héros contre « le vilain », ou une situation.
  • Créer un méchant digne, qui a de la valeur.
  • Faites des surprises, des retournements, des hameçons autant que possible. Si possible un par chapitre.

Dans « Les recherches », il est question de crédibilité, de connaître son sujet, les lieux où se passe l’action etc. Et il parle aussi d’éviter un écueil de débutant : « le héros qui diffuse de l’information en masse ».

Souvent destinées aux lecteurs, ces informations ne doivent pas être livrées tout de go sous peine de perdre en crédibilité.

Le chapitre 6 et 7 sur le plan est très bien. O.K, je suis un adepte du plan, un peu trop peut-être, mais… James aussi !

Vous trouverez en vrac ici : Le canevas, ajouter de la chair au plan, voir les actions au travers des personnages et j’en passe.

Pour James Patterson l’erreur que font les débutants ?  Ils ne font pas de plan ! « They don’t have outline ! »

Ce n’est pas moi qui le dit…

Je saute volontairement le chapitre 8, il parle de lui-même et je vous laisse le découvrir.

Le chapitre 9 traite des personnages avec quelques notions évidentes, mais intéressantes. Il insiste notamment sur la profondeur de ces protagonistes… quelle que soit leur durée de vie !

Le chapitre 10 est peut-être celui auquel nous pensons le plus quand nous débutons un roman. Les premières lignes et/ou pages. James Patterson livre ici sa recette et l’illustre d’exemples très appréciables.

Le chapitre 11 traite du dialogue et n’a pas grand intérêt car beaucoup de choses ont été vues avant, si ce n’est peut-être d’enfoncer le clou.

En 12e et 13e position la construction d’un chapitre et le suspense sont nettement plus intéressants en revanche. Il est question de point de vue, d’immersion, de la tension etc.

« Terminer un livre » est plein de bons conseils. Parmi ceux-ci on trouve :

  • La fin doit-être écrite pour les lecteurs, pas pour vous. Je pense que cette phrase à elle seule peut faire couler beaucoup d’encre. À vous de voir selon que vous ayez une idée romantique de l’écriture ou pas.
  • Il préconise aussi de penser à toute les fins possibles et de prendre la plus scandaleuse qui fait sens. À méditer. Pour le reste je vous laisse découvrir.

Le chapitre sur les corrections est très classique. Rien de bien nouveau par rapport à ce que l’on trouve ailleurs. Il reste cependant agréable avec quelques conseils judicieux.

Après le chapitre 15, les leçons ne vous seront peut-être pas utiles car elles traitent moins de l’art d’écrire. De plus elles sont très connotées U.S. Malgré tout, elles sont intéressantes pour voir ce qui se fait ailleurs. À ce propos, ne dit-on pas que ce qui se fait actuellement aux États-Unis arrivera chez nous tôt ou tard ?

Mon sentiment sur la masterclass de James Patteron :

J’ai beaucoup aimé les vidéos proposées dans cette masterclass. Tout n’est pas de qualité égale, mais ce qui est proposé vaut à mon sens le détour.

On retrouve ce côté des écrivains américains à rabâcher sans cesse que l’important c’est l’histoire. Écrire, écrire, écrire.

Cette masterclass de Patterson a aussi quelque chose de motivant je trouve.

Parlons prix maintenant. La « formation » s’élève à 90 dollars U.S.

Alors est-ce que cela mérite ce prix ?

Je pense que oui. Converti en euros cela donne 85€. C’est une somme certes, mais à comparer au prix d’une telle masterclass en présentiel, ce n’est rien.

Et puis à bien y réfléchir, 85 euros c’est 1 euros par jours à mettre de côté pendant 3 mois…

Et n’oubliez pas, si toutefois vous jugez que le contenu n’est pas à la hauteur vous pouvez vous faire rembourser. Vous n’avez donc rien à perdre.

Où la trouver cette fameuse masterclass de Patterson: C’est par ici.

Alors, allez-vous franchir le pas ?

Share Button

D'autres pages qui peuvent vous intéresser :

 

  • La Masterclass de James Patterson

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>