fbpx

Votre héros est dans une mauvaise passe ? Comment va-t-il pouvoir se sortir de la mauvaise passe dans laquelle vous l’avez mis ? Votre lecteur hors d’haleine n’en peut plus. Que va-t-il se passer ? Comment votre héros va-t-il retrouver le méchant ? Trouver le repaire de l’espion qu’il recherche ?

Si la question mérite d’être posée, c’est qu’elle attend une réponse. Et celle-ci doit être à la hauteur.

Le chemin de croix de votre héros

Une histoire, une intrigue, c’est souvent une suite d’embûches. En fonction du roman que vous écrivez, celles-ci peuvent mettre en jeu l’intégrité physique de votre personnage, parfois le risque sera psychologique. Dans tous les cas, le chemin que devra parcourir votre héros jusqu’à la résolution (ou pas parfois) de votre conflit ne sera pas un long fleuve tranquille. Et il ne doit pas l’être évidemment. Sans adversité (et entendez ici adversité au sens large) pas d’histoire. Si vous avez déjà lu mes articles sur l’arc du personnage, vous savez que votre héros va passer par des phases de changements internes, le fameux arc donc, et il progressera aussi dans l’intrigue. Que ce soit cette intrigue ou cet arc, il doit faire face à des difficultés et se doit de les surmonter pour en quelque sorte passer à la phase suivante. Pour faire une analogie de gamer, c’est un peu comme dans un jeu de plateau et que votre tas de pixels affronte les méchants pixels sbires avant d’affronter le boss et de passer au niveau suivant. You win !

Mais je suis un héros, hein ! Hein ?

Un héros doit se comporter comme tel. Je ne suis pas en train de dire que vous devez avoir un personnage en mode Rambo sans aucune faiblesse, c’est même le contraire, je vous renvoie par exemple à cet article. Mais votre personnage doit résoudre les énigmes, affronter et triompher des épreuves. Alors certes, il peut et doit (pourquoi pas) lamentablement échouer, prendre des décisions hasardeuses qui le mettront encore plus dans, disons la panade pour être poli. Mais c’est SA panade, ses décisions. Arrivera un moment où il deviendra celui qui surmonte et peut-être même celui qui vainc et à ce moment il n’en sera que plus un héros.

Bannissez les coïncidences et les Deus ex-machina

Sauf si le contexte ou le thème de votre livre s’y prêtent (ou que vous écrivez la suite de Lost), bannissez ce type de résolution d’épreuve. Nous avons vu plus haut que le héros est le moteur de votre histoire, c’est celui qui fait l’action, qui donne la direction. Vous avez même mis sur son chemin, sadique que vous êtes, des épreuves difficiles, alors pourquoi gâcher ce moment ?

Votre héros doit résoudre les conflits. Il n’y a rien de pire, à mon sens, quand tout tombe tout cuit dans la bouche de votre héros. Ce fameux espion que notre personnage en introduction de cet article recherchait. Pensez-vous qu’il doive le croiser comme cela au hasard d’une déambulation dans une ville immense ? Bien sûr que non. Et s’il a la résolution d’une énigme sur le bout de la langue, doit-il tomber par hasard sur la pièce manquante qui lui fera résoudre le puzzle ? Non plus !

Votre héros doit en baver. Il doit agir et surmonter les obstacles. Vous pourrez me répliquer que c’est parfois possible de faire surgir le hasard dans nos histoires et pourtant, y avez-vous bien réfléchi ? S’agit-il d’un pur hasard ? Vraiment ?

Je lisais dernièrement « Les légions de poussière » de Brandon Sanderson. Le héros tient quelque chose. Il a vu un graphique (pour faire simple) quelque part et il ne se rappelle plus où. C’est évidemment important… très. Et comment le trouve-t-il ? En discutant avec un professeur, cela lui rappelle un souvenir et il sait maintenant où chercher. Cela pourrait ressembler à une grosse ficelle. Ce que cela aurait pu être si une conversation qui n’a aucun lien avec l’affaire avait eu lieu et avait rappelé arbitrairement au jeune homme un souvenir. Mais en fait ce n’est pas le cas. La conversation était légitime, tout se passait dans le contexte de l’intrigue et que le jeune héros soit mis sur la piste par ce biais n’a rien de scandaleux.

Pensez-y le jour où vous serez tenté de donner un coup de main grossier à votre héros. Vous risqueriez de blesser sa sensibilité. Après tout, c’est lui le héros.


Vous voulez aller plus loin ? Téléchargez mon guide gratuit sur l'écriture d'un roman.

Inscrivez-vous

Vous recevrez mes fiches pratiques sur la structure du roman

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :