fbpx

Beaucoup d’éléments se mettent en oeuvre lors de l’écriture d’un roman. J’ai déjà évoqué le thème, le concept, la structure, les personnages. Ce sont des aspects très importants. Pourtant, sur les blogs dédiés à l’écriture, il est souvent question de style. Mais pourquoi donc ? Est-ce le style qui fait un bon roman ?

Qu’est-ce que le style ?

C’est le moyen utilisé par l’auteur pour s’exprimer. Il peut le faire en fonction du sujet traité, du genre et bien entendu en fonction de sa sensibilité personnelle. Le style, c’est votre plume, votre voix. C’est, de manière basique, ce qui fait que l’on écrit bien ou mal, même si je vous l’accorde, c’est très subjectif.

Le style de l'auteur

Le style est-il important ?

Je ne peux répondre non à cette question, vous vous en doutez, mais je nuance cette affirmation en disant que le style a son importance. Évidemment, plus votre style est performant, mieux c’est.

Notez que j’ai utilisé performant et non bon ou beau. J’aurais aussi pu dire « efficace ». Parce que c’est cela, à mon sens, un « bon » style, est un style efficace qui se met au service de l’histoire.

Combien de fois vous êtes-vous extasié devant un usage parfait du subjonctif imparfait ? Jamais, nous sommes d’accord. Et il y a fort à parier que des défauts de structure ou des incohérences vous agacent plus qu’un langage non soutenu.

Comprenons-nous bien. Le style est important, mais il ne fait pas tout. Préférez une bonne structure et vous aurez tout le temps de travailler votre style. Un éditeur pourra accepter votre manuscrit avec un style qui n’est pas le plus fou qu’il ait lu si la structure et tout le reste en vaut la peine. L’inverse n’est pas vrai.

Les fautes de style

C’est tout un débat. Je m’apprête à vous donner des conseils souvent resservis de toute part. Il faut les prendre pour ce qu’ils sont, des conseils et non des paroles d’évangile. Les spécialistes ne sont d’ailleurs pas d’accord entre eux. Néanmoins il est courant d’entendre dire qu’il faut éviter :

  • Les participes présents. Question de lourdeur de la phrase. Il existe des moyens simples d’éviter le participe présent, j’en ferai peut-être un article à part. Mais pour vous donner un exemple : Redressant la tête, le guerrier hurla sa rage : « Et donc là il hurle sa rage 😉 . Il est facile de changer la tournure de la phrase et de la rendre encore plus fluide : Le guerrier releva la tête et hurla sa rage : « Idem ».
  • Les adverbes, surtout ceux en -ement. J’ai pris l’habitude avec Antidote de leur faire systématiquement (sic) la chasse. Bien souvent, ils n’apportent rien et alourdissent la lecture. Il est plutôt simple de s’en passer.
  • Les phrases longues. Vous avez compris. Souvent, ce n’est pas nécessaire et elles pénalisent le texte. Parfois elles sont le résultat d’une envie de style à tout prix ^^.
  • Les darlings. Par ce terme étrange, on désigne toutes les tournures que vous trouvez trop géniales et qui en réalité ne le sont pas. Ce sont vos phrases préférées. SI plusieurs bêta lecteurs ou un éditeur vous font la remarque à leur sujet, alors abandonnez-les sans regret.

Voilà. C’est tout pour cet article sur le style. Faites-en bon usage.


Vous voulez aller plus loin ? Téléchargez mon guide gratuit sur l'écriture d'un roman.

Inscrivez-vous

Vous recevrez mes fiches pratiques sur la structure du roman

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :