fbpx

Dans l’article « Ce qu’il faut savoir sur la scène de roman« , nous avons vu les deux modèles d’une scène et les parties que celle-ci doit contenir. Mais maintenant, il faut écrire une scène qui fonctionne. Comment faire ? Comment mener votre personnage au travers de la Scène et des Conséquences ? Et surtout comment bien le faire ?

Le duo motivation-réaction

Dans une histoire, tout ce qui arrive peut être séparé en deux catégories. Les causes, autrement dit les motivations et les effets, les réactions. Vous allez donc écrire vos blocs motivation-réaction en alternant entre ce que voit votre personnage (motivation) et ce qu’il fait (réaction). La motivation est ce que voit votre personnage, ce qu’il sent, entend, etc. Vous écrirez donc ceci de manière à ce que votre lecteur le ressente aussi. Ensuite, vous écrirez ce que votre personnage fait en réaction à cette motivation. Et pour ce faire, il y a une séquence exacte à suivre.

La motivation :

La motivation est externe et objective, et c’est ainsi qu’il faudra la représenter. C’est un stimulus extérieur qui affecte le personnage et le fait réagir. Les possibilités sont infinies, mais gardez en tête que c’est toujours quelque chose qui arrive à votre personnage.

La réaction :

Si la motivation est la cause, la réaction est l’effet. C’est donc la réaction à cette motivation extérieure. La réaction est interne et subjective. C’est à ce moment-là que votre lecteur devient, au travers de votre héros, votre personnage point de vue.

La réaction est plus complexe que la motivation. Elle se passe à l’intérieur et intervient donc selon des degrés différents. Si par exemple votre héros se promène dans une ruelle à la recherche d’indices et que d’un coup un malfrat sort de l’ombre et se jette sur lui, il y a de grandes chances pour que sa première réaction soit instinctive. De la peur, un choc, quelque chose dans ce goût-là. Ce n’est que par la suite que votre héros aura le temps d’avoir des pensées plus posées, puis d’agir de façon plus rationnelle. C’est ainsi que l’on réagit tous et vous devez les présenter ainsi, dans cet ordre, à vos lecteurs.

Motivation et réaction doivent être des paragraphes distincts pour bien les séparer.

Prenons un exemple (toujours celui de votre héros qui suit une piste dans cette ruelle) :

Soudain, une ombre se détacha du toit avoisinant et bondit dans la rue. C’était un homme. Il brandissait une longue lame. Sans prévenir, il s’élança sur Gino. Motivation.

L’adrénaline remonta son échine. Gino, surpris, recula en hâte. Tandis qu’il heurtait une poubelle et faillit tomber, il parvint à mettre la main sur son arme. Il le mit en joue. « Bouge plus, connard », cracha-t-il. Réaction.

C’est un exemple simple, mais il illustre bien le concept de Motivation et surtout celui plus complexe de la Réaction.

Analysons-le plus en détail :

  1. Le ressenti. L’adrénaline remonta son échine.
  2. Réflexe instinctif : Gino, surpris, recula en hâte. Il parvint à mettre la main sur son arme.
  3. Action rationnelle, paroles, etc. : Il le mit en joue. « Bouge plus, connard ».

Que se passe-t-il ensuite ?

Après la réaction vient une autre motivation. La réaction qui a précédé, mènera à une autre motivation et ainsi de suite. Dans l’exemple, nous pouvons imaginer que l’homme s’arrête une seconde puis décide de charger quand même (oui il est suicidaire ^^). C’est donc une motivation. On attend donc une autre réaction de Gino.

Il y aurait tant de choses à dire sur ce système, qu’il faudrait plus que le cadre d’un article. Mais avec ce qui vient d’être écrit, vous disposez de bonnes bases pour écrire des scènes qui fonctionnent.

 


Vous voulez aller plus loin ? Téléchargez mon guide gratuit sur l'écriture d'un roman.

Inscrivez-vous

Vous recevrez mes fiches pratiques sur la structure du roman

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :