fbpx

Comme vous le savez maintenant depuis que vous me suivez, un des passages obligés très important de votre histoire , c’est le Climax. Souvent dans Climax on entend le combat final, le point culminant de l’histoire. C’est vrai, en partie. Mais le Climax est plus que cela. C’est aussi le point de convergence des éléments de l’arc de votre personnage. En fait, le Climax est la résolution, la raison d’être de votre histoire.

Le point de convergence

Pour bien comprendre à quel point le Climax est un vrai point de convergence, il faut revenir un peu en arrière.

Quel que soit le genre de votre roman, dans le 3ème acte votre héros est en déséquilibre. Pour vous rafraîchir la mémoire, téléchargez gratuitement mes fiches sur la structure du roman. Votre personnage principal a donc tout à perdre. La tension est montée jusque-là. Votre héros a appris de choses. Si vous ne suivez pas un arc neutre, il s’est transformé et en a appris plus sur lui et sur ses croyances.

Le 3ème acte est l’acte de tous les dangers. Il lutte pour survivre. Il doit réaliser le prix à payer pour obtenir ce dont il a besoin.

Votre personnage est donc dans un certain inconfort. Par rapport au début de l’histoire, il a évolué et choisi la Vérité, mais il n’a pas pour autant totalement rejeté le mensonge à 100%. Le Climax sera l’ultime test.

Ce 3ème acte le voit prouver qu’il est différent de ce qu’il était au départ. C’est aussi ici que les forces antagonistes testeront une dernière fois sa détermination avant le Climax.

Le personnage prouve qu’il a changé. Le conflit avance vers une confrontation inévitable avec l’antagoniste. Il va rassembler toutes les leçons apprises dans l’aventure pour la victoire.

Le Climax

La résolution

Nous avons clôt le 3ème acte avec l’attaque renouvelée contre le paradigme du personnage. Parfois cette attaque continue, au moins psychologiquement, dans le Climax.

Quand vous utilisez un arc pour votre personnage (ce que je vous conseille, j’insiste) c’est donc aussi une affaire d’évolution et de conflit intérieur.

Si le conflit extérieur avec l’antagoniste est en rapport avec le conflit intérieur du héros alors le héros ne pourra se débarrasser du mensonge que dans le Climax. L’antagoniste connaît la faiblesse du héros et c’est avec celle-ci qu’il l’attaquera lors du Climax.

Votre héros se ment à lui même. Placer la résolution de l’abandon du mensonge et embrasser la Vérité dans le Climax permet d’harmoniser les conflits intérieurs et extérieurs.

Évitez les écueils

-Vous aurez peut-être envie dans le Climax d’expliquer les choses. Trouvez un moyen de le faire en gardant le rythme. Ou alors, faites-le à un autre endroit. La bataille finale ne se prête pas bien aux explications existentielles tant le héros est dans l’action. Il faut garder le rythme.

-Dans tous les cas, il est important que la leçon de Vérité apprise par le héros soit très proche du Climax sinon le rythme sera faible.

En conclusion

C’est le moment où le héros résout l’histoire. Tout au long de l’histoire, il court après l’intrigue (ce que j’appelle la chose qu’il veut), mais il a aussi son propre conflit intérieur qui, s’il le résout, le pousse vers ce dont il a besoin.  Il y a donc cette différence entre le vouloir et le besoin réel. Au terme du Climax, il peut abandonner la chose qu’il veut pour la chose dont il a besoin. Ou alors cette chose voulue peut être transformée. Parfois, en obtenant ce dont il a besoin, il obtient aussi la chose qu’il veut.


Vous voulez aller plus loin ? Téléchargez mon guide gratuit sur l'écriture d'un roman.

Inscrivez-vous

Vous recevrez mes fiches pratiques sur la structure du roman

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :