fbpx

Comment structurer votre roman ?

C’est une des grandes questions que vous devriez vous poser avant de vous lancer à bride abattue dans l’écriture proprement dite.

Apprendre à écrire un roman, c’est aussi apprendre les structures narratives qui le charpentent.

Oui, mais comment construire votre roman ?

Je vais y venir, mais d’abord un peu de digression.

Bien souvent, la question revient : comment écrire un roman ?

La réponse qui s’ensuit est souvent de l’ordre de la technique futile, du petit hack censé tout changer. Écrire un roman est bien plus exigeant que le simple petit « truc et astuce » qui promet monts et merveilles.

En réalité, le roman est une chose organique qu’il faut penser dans son ensemble. À mon sens, il y a 3 points qu’il ne faut pas négliger. La structure narrative, l’arc du personnage et le plan.

Dans ce long article, je vais me borner à ne parler que de structure.

L’un des livres célèbres, fondateur de la structure et dont Georges Lucas s’est inspiré pour créer Star Wars, c’est Le héros aux mille et un visages de Joseph Campbell. L’auteur expose sa théorie du monomythe qu’il définit ainsi :

« Un héros s’aventure à quitter le monde du quotidien pour un territoire aux prodiges surnaturels : il y rencontre des forces fabuleuses et y remporte une victoire décisive. Le héros revient de cette mystérieuse aventure avec la faculté de conférer des pouvoirs à ses proches. »

Pour faire simple, le monomythe est le voyage qu’effectue le héros. La base sous-jacente de cette aventure se retrouve dans tous les mythes de l’humanité.

De nombreuses personnes ont appliqué cette théorie dans les romans et dans les films.

Christopher Vogler fut l’un d’eux. Son guide du scénariste, célèbre, développe et adapte le monomythe à la création de scénarii.

D’autres comme John Truby développent une approche plus centrée sur le personnage, sur le débat moral et d’autres choses plus organiques.

 

La structure narrative, un passage obligé

Vous l’avez donc compris, structurer votre récit est une chose fondamentale. C’est la condition sine qua non pour avoir une histoire bien construite, bien menée ou tout est à sa place. Il y a des passages sinon obligés, en tout cas recommandés. Se lancer dans l’aventure sans au moins avoir une ébauche de votre structure risque de vous faire perdre un temps considérable quand vous vous apercevrez que rien ne fonctionne comme vous le pensiez.

Ne pas confondre structure et architecture.

La structure c’est le plan, l’agencement. L’architecture c’est la façon dont vous donnerez vie à cette création. Si la structure s’étudie et s’apprend, l’architecture est moins malléable. Bien sûr, avec le temps et la pratique il est toujours possible d’améliorer son style, mais je suis sûr que vous serez d’accord pour admettre que tout le monde ne peut avoir le génie d’un King par exemple. 

En revanche, la structure se prête bien au jeu de l’étude.

Ce que je vous présenterai ici dans les articles à venir, c’est la classique méthode en 3 actes et en 4 parties. Nous irons en profondeur dans les méandres de ce qui la rend si intéressante.

Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger gratuitement mes fiches « structure du roman » pour mettre en pratique ce que vous y découvrirez. Mais avant de vous jeter dessus, encore quelques mots.

Je voulais placer une sorte de disclaimer en en-tête de cet article, mais je me suis ravisé pour vous laisser en découvrir un peu avant de vous avertir. Voici venu le moment de vous le balancer comme un pavé dans la mare.

Retenez bien que tout ce que vous apprendrez sur ce site n’est pas une fin en soi. La structure et la méthode, je l’affirme, sont des choses indispensables. Mais elles ne sont jamais autant maîtrisées, comprises, que lorsque nous avons réussi à nous les approprier pour finalement pouvoir les tordre à notre guise. Ce qu’il faut comprendre, c’est que dans de nombreux domaines, avant de pouvoir voler de ses propres ailes, il faut bien souvent connaître les bases du vol. C’est pareil pour écrire un roman. Je vous dis tout cela car la structure en 3 actes n’est pas ultime. Elle n’est pour moi pas assez basée sur les personnages et leurs faiblesses. Mais tout ceci est normal. Et c’est pourquoi au travers de tous les autres articles nous irons beaucoup plus loin en étudiant l’arc des personnages, leurs besoins, leurs faiblesses, leurs peurs, etc. Tout ceci fusionné donne un ensemble très solide. Mais il faut à mon sens étudier ces différents domaines de manière séparée pour bien les saisir. 

Ceci dit, revenons à notre sujet.

Une histoire doit avoir un début, un milieu et une fin. Non sans blague ? Si, si. Cela paraît être l’évidence, mais parfois c’est bon de le rappeler. Ce voyage qui mène votre personnage du début à cette fin donc constitue votre structure narrative. Ce n’est jamais un long fleuve tranquille, quel que soit le genre que vous écrivez. Votre personnage rencontrera des difficultés, des choses qui heurteront son monde, le frapperont de plein fouet et le pousseront à sortir de sa zone de confort. C’est cette résolution qui constitue votre intrigue à travers son parcours pour atteindre son but. 

Une histoire n’est pas linéaire non plus, même si parfois elle semble l’être. Les nombreuses embûches créent des moments intenses, votre héros se démène, doute, apprend de ses erreurs, se relève et va de l’avant. La tension s’élève et redescend pour repartir de plus belle.

C’est pourquoi nous distinguons 4 phases distinctes dans les romans. 3 actes, avec un 2e acte coupé en deux. Ils ont chacun leur utilité que je vous laisse découvrir dans le guide écrire un roman et dans les fiches « structure du roman »

Je reviendrai longuement dans d’autres articles sur ces aspects de la structure. 


Vous voulez aller plus loin ? Téléchargez mon guide gratuit sur l'écriture d'un roman.

Inscrivez-vous

Vous recevrez mes fiches pratiques sur la structure du roman

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :