fbpx

Vous vous êtes peut-être déjà posé cette question. Mon roman doit-il être réaliste ? Quel que soit le genre de fiction que vous écrivez, il semble logique de respecter ce que vous avez mis en place. Mais un écart est-il possible ?

Si j’écris de la SFFF, cette question n’est pas pour moi !

Faux. C’est d’autant plus vrai dans un monde que vous avez inventé. Vous avez posé des règles qui ne sont peut-être pas celles de notre monde. Si vous vous amusez à les trahir à la moindre occasion, vous allez perdre en crédibilité.

Ceci vous concerne, que vous soyez écrivain de littérature de « l’imaginaire » ou pas.

Qu’est ce que j’entends par réaliste ?

Pour remettre cette question dans son contexte, disons qu’elle est apparue dans une discussion sur une série télévisée « Alex Hugo ». J’avais trouvé étranges les largesses que l’équipe de police rurale prenait avec le code de procédure pénale. Alors bien sûr je ne parle pas de petits écarts, mais bien d’actions qui à mon sens peuvent rendre caduque toute une enquête et envoyer le fonctionnaire de l’autre côté des barreaux. Pour vous éclairer un peu, dans cet épisode, le personnage principal de la police rurale a des doutes sur la chute mortelle d’un homme. Il pense qu’il a été tué par un des participants à un stage de sélection pour un poste à pourvoir. À partir de là, infiltration du même policier rural ou garde champêtre, interpellation, interrogatoire et j’en passe. Bref, des actes d’enquête totalement interdits à ces personnes et qui, au-delà d’engager leur responsabilité, risquent, et c’est même sûr, de faire tomber toute la procédure. Pour couronner le tout, tout ceci est couvert par la police nationale de Marseille d’où est issu le fonctionnaire territorial.

Vous l’avez compris, rien de très légal dans tout cela.

Votre roman doit-il être réaliste ?

Mais quand on écrit un roman, ou un scénario, où doit-on placer le curseur ?

C’est à chacun de voir évidemment et il y a fort à parier que dans l’exemple précédent, à moins de connaître, personne n’aura rien remarqué.

C’est sans doute à cause de mon passé que ces « incohérences » me sautent aux yeux et c’est pourquoi j’accorde une importante primordiale au réalisme sur ces sujets dans mes thrillers.

Pourtant, il est évidemment possible de faire en sorte que son héros outrepasse les règles, mais à ce moment-là il doit en subir les conséquences ou alors être couvert a posteriori par un supérieur ou autre ce qui n’était pas le cas là. Jamais personne ne lui rappelle que c’est illégal, pire encore cela leur semble si naturel.

Nous avons tous des sensibilités différentes et nous ne réagissons donc pas tous de la même façon aux fictions.

J’espère en tout cas que ce sujet vous aura fait réfléchir sur vos propres écrits.


Vous voulez aller plus loin ? Téléchargez mon guide gratuit sur l'écriture d'un roman.

Inscrivez-vous

Vous recevrez mes fiches pratiques sur la structure du roman

You have Successfully Subscribed!

%d blogueurs aiment cette page :